HOMOPHOBIE POLITIQUEMENT CORRECTE ?

Le don de sang en France est anonyme et non lucratif. Depuis 1981, si vous déclariez être homosexuel ou toxicomane votre don de sang était systématiquement refusé lors de l’entretien préalable.

Il y a quelques mois un habitant de Metz à porté plainte auprès de la Cours Européenne des Droits de l’Homme pour discrimination sur l’orientation sexuelle et il a gagné son procès contre l’Etat Français et le Centre National de Transfusion Sanguine.
Mais comment en est-on arrivé là ? Lors de la découverte de la maladie VIH puis de l’hépatite C, on a découvert que la sécurisation par la recherche d’anticorps était une sécurité imparfaite car les anticorps pouvaient mettre 3 mois à apparaitre alors que le donneur était déjà contaminant.

Devant la fréquence élevée de l’épidémie VIH chez les usagers de drogue et chez les homosexuels, il a été décidé d’écarter du don de sang toute personne qui déclarerait appartenir à l’une de ces communautés.

Depuis 30 ans cette exclusion du don est restée dans les recommandations lors des collectes de sang. Et cette exclusion n’a pas évolué au fil de la progression de l’épidémie qui s’est depuis étendue à toute la population.

Ainsi lors des interrogatoires ( pardon lors des recueils de données) et de validation du don chez les hétérosexuels il fallait pour pouvoir être donneur, ne pas avoir eu de partenaires multiples depuis 4 mois et être dans une relation stable ou protégée.

Alors pourquoi ne pas appliquer la même chose pour les MSM ou en français HSH (Homme qui ont des rapports Sexuels avec des Hommes) ? Les HSH sont toujours exclus définitivement du don mais on peut être homosexuel dans un couple stable et vouloir donner son sang par pur altruisme. C’est ce qui a amené ce jeune messin à porter plainte pour discrimination sexuelle.

La Ministre de la Santé Française a pris la décision le 4 novembre dernier de permettre le don de sang des homosexuels , nous nous sommes alors félicités (comme bien d’autres ) de cette prise de position courageuse. Mais en fait en y regardant de plus près, les homosexuels masculins ne sont plus exclus du don, à condition de n’avoir eu aucun rapport sexuel depuis 1 an! Mais quel est donc le statut de celui qui n’a pas eu de rapports depuis 1 an? hétérosexuel, homosexuel, personne à la sexualité dormante ? N’est-on pas en train de remplacer une exclusion par une autre ?

Depuis 2002, il n’y a pas eu de contamination VIH par transfusion grâce aux mesures de sécurité mises en place. Pourtant chaque année après validation par un entretien, ce sont 7 à 14 personnes que l’on dépiste comme porteur du VIH. Et toutes ces personnes sont hétérosexuelles !!!

Alors oui, l’exclusion du don de sang actuelle est absurde, il faut la faire évoluer, un nouveau combat à mener donc ! Mais pour autant est-ce une revendication de principe ou pourrait-on voir une augmentation significative des dons de sang ?

Il nous reste le débat sur les usagers de drogue stabilisés, faut-il les exclure au titre du principe de sécurité ?

A suivre, le débat continue…

P Mélin

CINQ CHOSES À SAVOIR SUR LA TRANSFUSION SANGUINE

A l’occasion de la Journée mondiale du don du sang qui se tient tous les 14 juin, le site d’actualité en ligne metronews.fr a publié un article très intéressant sur la transfusion sanguine que vous pouvez consulter ci-dessous:

La transfusion sanguine, ce geste qui sauve des milliers de vies chaque jour. Mais pas assez puisque, encore aujourd’hui, la possibilité de recevoir une transfusion de sang qu’elle soit sécurisée ou non varie énormément d’un pays à l’autre.
Le sang possède plusieurs composants
Le sang est composé de trois principaux composants : les plaquettes, le plasma et les globules rouges. Les globules rouges sont les cellules les plus nombreuses dans le sang. Appelés érythrocytes ils donnent au sang sa couleur car c’est eux qui contiennent l’hémoglobine. Leur rôle est d’assurer le transport de l’oxygène dans l’organisme. Les plaquettes sont fabriquées par la moelle osseuse et jouent un rôle “colmatage” : elles permettent la coagulation sanguine et à la cicatrisation des plaies. Enfin, le plasma est un liquide indispensable pour le transport des cellules sanguines et des substances nutritives dans l’organisme.

Une seule unité de sang peut servir à plusieurs patients

En fractionnant le sang en ses différents constituants, on peut traiter plusieurs patients avec une seule unité de sang et ne lui administrer que les constituants dont il a besoin. Ainsi, les globules rouges issus d’un don serviront à un patient souffrant d’une hémorragie après un traumatisme ou d’une maladie génétique (drépanocytose), les plaquettes auront toute leur importance auprès des personnes qui souffrent d’une maladie (leucémie, cancer) ou d’un traitement (chimiothérapie, radiothérapie) qui empêchent la fabrication de cellules sanguines par la moelle osseuse, et le plasma sera utilisé pour traiter un défaut de coagulation.

Le sang sert aussi en complément d’autres traitements

Dans les pays à revenu élevé, les patients les plus transfusés sont ceux plus de 65 ans, ce qui représente jusqu’à 76 % des transfusions. Elles sont le plus souvent utilisées en cas de chirurgie cardiaque, transplantations d’organes, maladie du sang et de grands brûlés. Le sang contenant également des globules blancs, il peut être utilisé pour aider à traiter des infections résistantes à des antibiotiques. Dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, on y a davantage recours pour les complications liées à la grossesse, les crises de paludisme qui entraîne la destruction des globules rouges et les traumatismes.

Les volontaires sont les principaux donneurs de sang

Un constat qui n’est pas valable dans tous les pays. L’Organisation mondiale de la santé estime qu’en 2012, 73 pays indiquaient collecter plus de 90 % de leur approvisionnement en sang auprès de donneurs volontaires non rémunérés, dont 60 pays collectaient 100 % de leurs besoins. Mais, dans 72 pays, moins de 50 % de l’approvisionnement en sang provient de ces personnes, une grande partie de celui-ci étant encore tributaire des donneurs familiaux et, surtout, des donneurs rémunérés. La fréquence moyenne des dons de sang volontaires est de 9 fois plus élevée dans les pays à revenu élevé que dans les pays à revenu faible.

Les dons de sang sont toujours soumis au dépistage

Tous les dons de sang doivent toujours être soumis à un dépistage de l’infection à VIH, de l’hépatite B, de l’hépatite C et de la syphilis avant toute transfusion. Même avant le prélèvement des questions sont posées oralement par le personnel pour juger si l’état de santé actuel du donneur lui permet de donner son sang. Cependant, dans 25 pays, il apparaît encore que les dons ne sont pas testés à la recherche d’une ou plusieurs de ces infections. Par ailleurs, les tests de dépistage ne sont pas fiables partout en raison de la pénurie de personnel, d’un approvisionnement irrégulier des kits de dépistage ou encore de l’absence de services de laboratoire de base.

Alexandra Bresson
metronews.fr