La vaccination

Mis à jour le 15.04.2021

SOS HEPATITES AMBASSADEUR DE LA VACCINATION – POURQUOI ?

Notre vécu avec l’hépatite B et notre connaissance de ses conséquences au quotidien, nous obligent à être ambassadeurs de la vaccination et à participer à restaurer la confiance dans les vaccins à tout âge et particulièrement dans le contexte de l’entrée en vigueur de l’extension des obligations vaccinales du nourrisson au 1er janvier 2018.
SOS Hépatites porte la prévention, l’information, la solidarité, la défense de toutes les personnes concernées par les hépatites virales, les maladies du foie, ainsi que la promotion de la recherche.
Nous défendons la qualité de vie, parlons librement du quotidien, des médicaments, des vaccins, des effets indésirables et des interactions médicamenteuses.
Retrouvez ci-dessous les informations sur la vaccination des nouveau-nés en France, nés de mamans vivant avec l’hépatite B et nés de mamans ne vivant pas avec l’hépatite B.
Depuis mars 2020, la Fédération est partenaire officiel de la Semaine Européenne de la Vaccination (SEV).

MODES DE CONTAMINATION DE L’HEPATITE B

Le virus de l’hépatite B (VHB) est extrêmement contaminant : dix fois plus que le virus de l’hépatite C, cent fois plus que le virus du sida. Il est aussi plus résistant et n’est pas détruit par l’alcool et l’éther. Le virus contenu dans du sang séché peut demeurer actif jusqu’à sept jours à une température de 25 °C.
Le VHB se transmet par contact avec le sang et d’autres liquides biologiques (le sperme, les sécrétions vaginales).
Si l’on n’est pas vacciné, on peut être contaminé par :
Un rapport sexuel (vaginal, anal ou buccogénital) avec une personne infectée.
Le partage ou la manipulation de seringues et de matériel d’injection ou de sniff (cuillère, coton, paille, etc.).
Le contact direct du sang d’une personne non contaminée avec le sang d’une personne infectée.
La grossesse et/ou l’accouchement (transmission du VHB d’une mère contaminée à son nouveau-né). En France, dépistage obligatoire au 6e mois de grossesse pour prévenir la contamination mère / enfant mais il est réalisé dans la pratique au cours du 1er trimestre de la grossesse.
Le partage de rasoirs, brosses à dents, ciseaux, coupe-ongles, pinces à épiler, bijoux de piercing, boucles d’oreille, etc.
Le tatouage, l’acupuncture et le piercing réalisés sans les règles d’hygiène nécessaires (le matériel doit être à usage unique ou stérilisé à l’autoclave).

On ne peut pas être contaminé par la nourriture, l’eau, l’utilisation commune de toilette.
Dans 90 % des cas, l’organisme élimine naturellement le virus.

QUELQUES CHIFFRES

– L’hépatite B est la maladie sexuellement transmissible la plus répandue sur la planète et la plus meurtrière : 2 milliards d’individus, soit une personne sur trois dans le monde, ont déjà été en contact avec le virus.

– Plus de 257 millions de personnes vivent avec une infection par le virus de l’hépatite B (positivité pour l’antigène de surface de l’hépatite B). En 2015, 887 000 personnes sont décédées des suites d’une infection par l’hépatite B, notamment de cirrhose ou de cancer du foie. En 2015, seules 20% des personnes porteuses du VHB avaient été diagnostiquées dans le monde.

– Selon l’étude Barotest de 2016, en France, 135 706 personnes seraient atteintes d’une hépatite B chronique, parmi lesquelles 111 957 l’ignoraient. Elle est à l’origine de 1 500 décès par an.

11 VACCINS OBLIGATOIRES EN 2018

Pourquoi se faire vacciner lorsqu’on est nourrisson ? La réponse nous est apportée par les immunologistes. En effet, c’est chez le jeune enfant que les bénéfices immunitaires sont les meilleurs et les plus durables. A partir de 25 ans notre immunité baisse inexorablement pour être immunologiquement considéré comme un vieillard à partir de 35 ans. L’efficacité de la vaccination contre l’hépatite B n’est complète qu’après 3 injections.
Maman n’a pas une hépatite B, papa n’a pas une hépatite B, quel est le rythme des 3 injections ?  À 2, 4 et 11 mois de vie. Il est compris dans les 11 vaccins obligatoires.
Papa a une hépatite B, maman n’a pas une hépatite B, quel est le rythme des 3 injections ? La future maman est vaccinée et ainsi protégée contre l’hépatite B. Bébé peut recevoir la 1ère dose à la maternité, à la demande des parents ou est vacciné à 2, 4 et 11 mois de vie comme tous les nourrissons.
Maman a une hépatite B, quel est le rythme des 3 injections ? On commencera en France vacciner le nouveau-né dans les 12 heures après la naissance, au mieux en salle de travail (l’OMS recommande dans les 24 heures) en lui administrant d’abord des gammaglobulines anti-HBs, puis une injection de vaccin contre l’hépatite B, suivie 1 mois après par une deuxième injection de vaccin. La troisième injection de vaccin est réalisée au 6ème mois. L’efficacité du vaccin sera contrôlée par une sérologie comprenant le dosage des anticorps anti-HBs 1 à 3 mois après la dernière injection ou à l’examen systématique du neuvième mois.
Comme la transmission mère-enfant est d’autant plus fréquente que la virémie est élevée chez la mère, le dosage de la virémie au 6e mois de grossesse a pour but d’améliorer la protection de l’enfant en traitant par Ténofovir 245 mg/j pendant au moins les 3 derniers mois de grossesse toutes les mères ayant un dosage de l’ADN viral B supérieur à 200 000 UI/ml. Seul le traitement par Ténofovir doit être prescrit chez une femme enceinte.
Si ces mesures de prévention sont efficaces dans la quasi-totalité des cas et recommandées de façon consensuelle par les professionnels de santé, leur mise en application est parfois difficile, principalement en fonction des ressources sanitaires, variables en fonction des zones géographiques.

Pour information :
La vaccination obligatoire à 11 vaccins ne rajoute pas 8 nouveaux vaccins !
Le vaccin hexavalent concerne 6 infections : diphtérie, tétanos et poliomyélite, coqueluche, hépatite B, infections à Haemophilus influenzae de type b (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites).
Le ROR contient 3 vaccins : la rubéole, les oreillons et la rougeole.
L’ajout du méningocoque C (bactérie provoquant des méningites) et du pneumocoque (bactérie provoquant notamment des pneumopathies et des méningites) porte ainsi à 11 le nombre de pathologies concernées par l’obligation vaccinale.

11 VACCINS OBLIGATOIRES QUAND ? CALENDRIER ET FLEXIBILITE POUR LES PARENTS ?

Les 11 vaccins sont étalés de 2 à 18 mois en adéquation avec le calendrier vaccinal. Pour les nourrissons admis en collectivité dans les 18 premiers mois de vie, leur maintien en collectivité au-delà des 18 mois requiert qu’il ait reçu l’ensemble des doses obligatoires des vaccins.
Le calendrier vaccinal simplifié

« Lorsqu’une ou plusieurs vaccinations font défaut, le code de la santé publique prévoit que l’enfant est admis provisoirement. Les vaccinations obligatoires doivent alors être, selon le calendrier des vaccinations, réalisées dans un délai de trois mois et ensuite poursuivies » (Cf. Avis de la HAS de novembre 2017).

LES MALADES VOUS PARLENT :

Le choix d’un métier :

• les professionnels de santé ; les personnels de secours ou de sécurité (pompiers, policiers ou gendarmes) ; les militaires à l’incorporation ; les thanatopracteurs ; les personnes des établissements et services pour adultes handicapés ; les personnels des établissements d’hébergement pour personnes âgées ; les personnels des services sanitaires de maintien à domicile pour personnes âgées ; les personnels des établissements de garde d’enfants d’âge préscolaire (crèches, halte-garderie…) ; les personnels des établissements et services sociaux concourant à la protection de l’enfance (dont les pouponnières) ; les personnels des blanchisseries, en lien avec des établissements ont l’obligation d’être vaccinés contre l’hépatite B et de remplir des conditions d’immunisation.

• Les postes cités ci-dessus (tout comme celui de cuisinier) ont également une obligation vaccinale B et ne sont pas accessibles si vous ne pouvez pas présenter un dosage des anticorps démontrant l’efficacité de la vaccination. Dans le cadre sportif, la boxe n’est pas accessible aux hépatants B…

Les symptômes de l’hépatite B chronique peuvent être rares. Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de signes évidents de l’hépatite B chronique dans votre corps que celle-ci ne fait pas de dégâts. En effet, « silencieusement », le virus est peut-être en train de se multiplier et d’abîmer votre foie.
– L’attaque du foie peut amener à une cirrhose ou un cancer du foie
Les manifestations extra-hépatiques (MEH) peuvent toucher 20 % des hépatants B :

  • problèmes digestifs
  • atteinte rhumatologique : douleurs rhumatismales multiples dues à des atteintes articulaires
  • atteinte rénale
  • atteinte ophtalmologique
  • atteintes neurologiques
  • atteintes hématologiques
  • atteintes générales : dans l’hépatite B on décrit également des états de fatigue chronique, parfois invalidante avec manque de concentration ou problèmes de mémoire.

– Notre sélection de brochures : « être hépatant N°9 », « j’ai une hépatite B chronique »

OUI à l’augmentation de la couverture vaccinale et OUI à la restauration de la confiance de la population dans la vaccination !

Pour en savoir plus :
Le site Vaccination-info-service 
Notre site  
– SOS Hépatites répond à vos questions, vous aide à la déclaration des effets secondaires et se mobilise pour la recherche pour améliorer les vaccins. Contactez-nous au 0 800 004 372

SOS Hépatites, les malades vous parlent de la vaccination, contactez-nous !