L’HÉPATANTE N°41 – ÉDITION SPÉCIALE

ÉDITO

Le COVID-19 lui donne un goût particulier cette année. Tout le monde aimerait avoir un vaccin qui protège de ce nouveau virus le COVID-19. 
Mais en y réfléchissant c’est un joli pied de nez que nous fait la vie. 
C’est lorsqu’on est le plus en manque d’un vaccin qu’il faut prendre le temps de réfléchir à notre façon habituelle d’utiliser les vaccins.
Alors qu’on espérait voir le bout du tunnel avec le virus de l’hépatite C en voici un nouveau qui se présente. Et quelle puissance ! Arrêter l’économie mondiale, rendre le prix du baril de pétrole négatif, confiner un tiers de la population mondiale. Les épidémiologistes nous avaient prédit une pandémie mondiale du type de la grippe espagnole de 1918 et ce au moins une fois par siècle, nous y sommes !
Semaine Européenne de le Vaccination (SEV) 2020 et pandémie de COVID-19, est-ce que cette réalité va modifier notre regard sur les virus et leurs transmissions ? SOS hépatites Fédération propose de partager avec vous sa vision de la vaccination en évoquant le COVID-19. SOS Hépatites, farouchement attachée à la vaccination, vous propose également de faire le point sur vos connaissances en réalisant le QUIZ SPÉCIAL SEV 2020. Un quiz à diffuser de façon virale… !

Tout s’est arrêté ! Nous devrions être à Londres pour le Congrès Européen d’Hépatologie (EASL) mais nous voici dans une autre Europe de solidarité sanitaire, même si les frontières fermées. Pas de traitement, pas de vaccin, que de l’accompagnement au changement de comportements. Les États Généraux de l’hépatite B nous ont permis de rencontrer des personnes très attachées au concept de vaccination. Nous sommes ici pour le défendre !
Puis bien sûr vient la question du dépistage, alors que depuis des mois se pose la question d’un dépistage généralisé des hépatites B et C, il semble que cela deviendrait possible pour le COVID… Alors pourquoi ne pas proposer le dépistage couplé ? Qui peut le plus, peut le moins : s’il y en a pour un, il y en a pour quatre.
Le COVID est particulièrement agressif pour les personnes fragiles dont les malades du foie font partie. Toutes les infections chroniques fragilisent celui qui en est porteur. L’infection COVID va aggraver la fracture entre malades chroniques et personnes saines. De cette façon, on pourrait dire que les vaccins sont des armes contre la fracture sociale.
La SEV 2020 doit nous rappeler que si l’Europe du soin n’est pas faite, il faut commencer par l’Europe de la prévention en harmonisant les stratégies vaccinales !

Pascal Mélin, Président de SOS hépatites Fédération 

RETROUVEZ L’HÉPATANTE N°41 – ÉDITION SPÉCIALE

QUIZ SPÉCIAL SEV 2020

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE LETTRE MENSUELLE

PROTÉGER LES PLUS FRAGILES, C’EST SE PROTÉGER AUSSI

Communiqué de presse

17 mars 2020

Version PDF

Protéger les plus fragiles, c’est se protéger aussi !

Appel de France Assos Santé à l’effort partagé de mobilisation et à la responsabilité sociale des entreprises

La maladie provoquée par le Covid-19 peut générer de graves complications touchant en majorité les plus fragiles et les plus âgés d’entre nous. Nous avons le devoir de les protéger et ce faisant, nous protégerons l’ensemble de la société française.

Nous savons désormais que les gestes barrières ne suffiront pas à freiner l’épidémie. La décision graduée de demander le confinement au domicile est désormais la mesure la plus efficace, mais elle doit s’accompagner d’une montée en puissance rapide des moyens permettant d’accueillir et de traiter les cas les plus graves.

Le constat de capacités restreintes en réanimation dans notre pays pourrait conduire à connaitre la même situation que dans le Nord de l’Italie. Les établissements de santé ont reporté les opérations programmées et non urgentes et devraient transformer blocs opératoires et salles de réveil en unité de réanimation. Malgré cette réponse, dans les régions les premières touchées, les médecins constatent et craignent un large débordement. France Assos Santé demande que toutes les mesures soient prises pour éviter au maximum d’avoir à « trier » et donc à sélectionner les patients.

C’est pourquoi France Assos Santé et les 85 associations qui composent cette union en appellent à la responsabilité sociale des entreprises françaises, à commencer par les grands groupes. Elles doivent contribuer à un effort de solidarité et, dans un élan d’humanisme, témoigner d’une « force d’âme exemplaire », selon les mots employés par le Président de la République lundi soir.

Au nom des patients et des usagers du système de santé français

  • Nous avons besoin de masques

La priorité absolue est de fournir en priorité les professionnels de santé, en établissements de soins et en ville, tous les personnels plus particulièrement exposés. Mais dès que possible la distribution de masques à la population est une mesure utile. Aussi, nous en appelons aux :

– Groupes et entreprises, à commencer par le secteur du textile, qui peuvent reconditionner et reprogrammer leurs moyens de production pour produire des masques en assez grande quantité. La décision de la société Italienne Miraglio,[1] qui va produire jusqu’à 75 à 100 000 masques par jour, doit servir d’exemple.

– TPE et PME locales qui peuvent contribuer à couvrir les besoins locaux de petits volumes en fabricant des masques (même en tissu). Cette voie mérite d’être explorée sans attendre.

– Aux personnes disposant d’un savoir-faire et éventuellement de machines à coudre pour confectionner des masques en tissu réutilisable. Le système D et la simplicité peuvent être utile. Un masque en sopalin ou en tissu peut raisonnablement être efficace à défaut d’autres options et dans l’attente de la fin de la pénurie [2].

  • Nous avons besoin de solutions hydro-alcooliques

Elles doivent être rendues disponibles partout en pharmacies, en petites et grandes surfaces, voire dans les commerces autorisés à rester ouvert. Nous prenons acte du décret permettant aux pharmaciens de fabriquer désormais ces gels hydroalcooliques et nous saluons l’initiative du groupe LVMH qui s’est engagé à produire en grande quantité du gel à destination des établissements de soins. Cet effort doit cependant être poursuivi afin de répondre également aux besoins de la population. D’autres entreprises doivent pouvoir s’engager et appliquer les principes guidant leur responsabilité sociale.

  • Nous avons besoin de respirateurs

La mise en œuvre des soins pour les patients les plus graves nécessite l’accès à des équipements médicaux et donc les respirateurs. Le tri des patients par manque de respirateurs est inacceptable. Nous ne doutons pas de l’engagement des pouvoirs publics mais nous demandons que les entreprises réunies dans le SNITEM se mobilisent rapidement sous la bannière de leur syndicat et s’engagent pour tous les Français. Elles doivent engager leur responsabilité sociale.

  • Nous avons enfin besoin d’oxygène sous toutes ses formes

Aussi, nous comptons sur l’engagement de la Société AIR LIQUIDE, le plus gros fournisseur de gaz et fluides médicaux dans le monde. Nous demandons instamment que le gouvernement interroge cette entreprise et réunisse des experts pour étudier l’opportunité d’une prise en charge à domicile de ces formes sérieuses mais non critiques et qui ne pourront pas toutes être hospitalisées faute de lits et pour savoir si la mise à disposition d’oxygène à domicile permettrait de diminuer les risques de voir appliquer une “éthique de guerre” obligeant douloureusement les soignants à opérer un tri sur la base d’un constat de maladies associées, même s’il s’agit a priori de formes de pneumonie COVID-19 moins critiques.

[1]Miraglio est une entreprise qui réalise un chiffre d’affaire de près de 600 millions d’€. Elle est située dans la région de Turin, en Lombardie. En savoir plus ici.

[2]Testing the Efficacy of Homemade Masks : Would They Protect in an Influenza Pandemic? in Disaster Medicine and Public Health Preparedness, August 2013. Source : https://bit.ly/2Wh67ox


Contact presse : 01 40 56 98 80 – communication@france-assos-sante.org