EST-CE DE FAIRE LA MALADIE OU LES VACCINS QUI PROTÈGENT ?

Car c’est bien la question fondamentale à laquelle nous devons réfléchir, la réponse n’est pas si simple.

Lorsqu’un virus pénètre dans notre organisme ce dernier essaye de s’en débarrasser en activant ses défenses immunitaires et en produisant des anticorps, mais cela n’est pas toujours suffisant pour neutraliser le virus.

En tout cas on se sert de la production d’anticorps comme de la trace de passage du virus, c’est la sérologie, mais son interprétation est variable. Nous allons prendre plusieurs exemples pour rendre nos propos compréhensibles.

Pour le VIH, les défenses immunitaires n’arrivent jamais à se débarrasser du virus. Donc lorsqu’une sérologie est positive cela confirme le passage du virus mais également son état chronique, on sait alors qu’il y a la maladie car il n’y a pas de guérison spontanée.

Pour le VHA, virus de l’hépatite A, lorsque qu’on est en bonne santé et qu’on se contamine nos défenses immunitaires se débarrassent du virus mais il reste des anticorps qui témoignent de ce passage et en plus ce sont des anticorps neutralisants, ce qui empêche de refaire l’infection. Mais, l’hépatite A peut ainsi être prévenue par un vaccin.

Pour le VHC, virus de l’hépatite C, les choses sont intermédiaires. Les anticorps traduisent le passage dans l’organisme mais dans 30% des cas les défenses immunitaires permettent de guérir de l’hépatites C, la sérologie est alors une trace, une séquelle. Mais dans 70% des cas le virus reste présent et pour le mettre en évidence on doit utiliser une autre technique pour prouver directement sa présence et non par les traces qu’il laisse. C’est là qu’on utilise la PCR. Mais, les anticorps ne sont pas neutralisants, on peut se recontaminer et il n’y a pas de vaccin. En 2021, seul un traitement antiviral de 8 à 12 semaines permet de guérir.

Je voudrais vous parler d’un autre cas de figure, pour cela je voudrais évoquer le virus varicelle zona, dit virus VZV.

Lorsqu’une personne fait la varicelle enfant son système immunitaire fabrique des anticorps et bloque le virus mais il n’arrive pas à s’en débarrasser. Le virus reste confiné (mot à la mode) dans les ganglions neurologiques le long de la moelle épinière. Mais après 65 ans quand survient l’immunosénescence, le virus n’est plus toujours sous contrôle et peut parfois ressortir en se multipliant le long d’un nerf : c’est alors un Zona.

Pour éviter cela les plus de 65 ans sont invités à se faire vacciner contre le VZV par un vaccin qui contient un virus atténué et permet de rebooster l’immunité contre ce virus. Ainsi en étant vacciné on réduirait de 51% le risque de développer un Zona et de 73% les formes sévères d’infection.

Aujourd’hui, le vaccin contre le virus VZV est remboursé pour les plus de 65 ans.

Les patients cirrhotiques sont aussi immunodéprimés et s’ils font un zona, ils sont à haut risque de complications sévères.

Les patients cirrhotiques pourraient donc être candidats à la vaccination contre le VZV, contre le VHA et autres vaccins, questionnaire « Vaccination et cirrhose » / 2021.

Pour le VHB, nous en parlerons la semaine prochaine…

La promotion de la vaccination, c’est tous les jours particulièrement du 17 au 21 mai pendant la Semaine de la vaccination en France.

Pascal Mélin

Partager l'article

127580

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.