LA VACCINATION EXPLIQUÉE PAR LES CARAVANES…

On accepte bien que ce que l’on comprend, c’est le sens de mon engagement depuis toujours au sein de SOS Hépatites. Expliquer la vaccination est un défi surtout depuis la vaccination COVID 19 à base d’ARN messager. 

La vaccination repose sur 4 principes :

1/ Notre corps réagit à tous corps étrangers ou à toutes substances étrangères en les rejetant.
2/ Face à une substance étrangère, notre corps est parfois dépassé par sa vitesse de propagation.
3/ La vaccination c’est l’apprentissage à se défendre contre une substance étrangère.
4/ La vaccination vise à obtenir une protection collective et non individuelle.

Pour expliquer les différentes stratégies de vaccination, je voudrais utiliser l’image des voitures et des autoroutes.

Historiquement, Pasteur a mis au point le principe de vaccination sur la base du vaccin vivant atténué :  injecter une souche à moitié morte permet au corps de ne pas être dépassé, il va pouvoir apprendre à produire des anticorps et des défenses et saura réagir vite en cas d’attaque par la souche vivante cette fois.

Faisons l’analogie avec des voitures : si on ne veut pas se faire dépasser par l’entrée d’une voiture sur l’autoroute qui arrive trop vite, l’idée est de mettre sur l’autoroute la même voiture, mais  endommagée, donc qui roule moins rapide et que les patrouilleurs pourront identifier et arrêter. Ils seront alors plus forts et informés si des voitures identiques à pleine puissance entrent.

Certaines infections sont dues à une toxine, comme la diphtérie ou la maladie du charbon. Le principe qui a été mis au point par Pasteur est d’injecter cette toxine à petites doses pour fabriquer des défenses lorsque la bactérie entrera dans l’organisme. Pour rester dans les comparaisons automobiles, l’idée serait de fabriquer des anticorps contre les gaz d’échappement qui permettraient de stopper la voiture en bloquant ses gaz d’échappement.

Prenons un autre exemple : le vaccin de l’hépatite B. Les protéines injectées par le vaccin ne sont rien d’autre que les protéines d’enveloppe. On apprend à reconnaitre des carrosseries sans moteur et quand les vraies voitures rentrent sur l’autoroute on les reconnait et on les neutralise.

Parfois la stratégie vaccinale peut être aussi de vacciner contre un enzyme d’un virus. On neutralise alors le moteur pour bloquer la voiture.

Mais venons-en au Covid 19 et à sa vaccination par ARN messager.

Il existe plusieurs types de Covid 19, ce sont les fameux variants (anglais, brésiliens, etc.) on peut les comparer à des caravanes.

Il y a plusieurs types de caravanes donc, alors pas sûr qu’elles soient toutes reconnues. Le point commun entre tous ces variants, c’est leur protéine d’accroche, la protéine «spike», l’accroche de la caravane.

Les caravanes sont différentes mais leurs barres d’attaches sont identiques. La solution serait d’injecter des barres de caravanes (qui sont des substances étrangères) pour produire des défenses et des anticorps contre les caravanes. Pour cela il faudrait des quantités très importantes de barres d’attache.

C’est là qu’arrive la nouveauté de l’ARN messager. On vous injecte le code de fabrication des attaches de caravane et vous aller vous-même les produire. L’ARN messager est le plan que les cellules vont utiliser pour fabriquer des barres d’attache en grande quantité. Barres qui vont être reconnues comme substances étrangères et contre lesquelles notre organisme va apprendre à lutter et à produire des défenses. En apprenant à produire des protéines spikes (barre d’attache) puis en les neutralisant lorsque des virus complets (les caravanes) se présentent, la barre d’attache est neutralisée et ils ne peuvent plus se fixer aux cellules !

Voilà ! Alors vous comprenez mieux ?

Dernier conseil : n’en voulez pas à votre corps si, quand vous  lui apprenez à reconnaitre les barres de caravanes, il trouve que ça sent bon les vacances et devient un peu fébrile… 

Pascal Mélin

Partager l'article

126854

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.