MARCHE DE COMPOSTELLE

181 km à pied en 14 jours !
Le Puy-en-Velay – Montbonnet – Monistrol-d’Allier – Saugues – Chanaleilles – Saint-Alban-sur-Limagnole – Aumont-Aubrac – Rieutort – Nasbinals – Saint-Chély-d’Aubrac – Saint-Côme-d’Olt – Estaing – Golinhac – Sénergues – Conques

Du 3 au 16 mai, une équipe de bénévoles de l’association SOS hépatites Champagne-Ardenne a entrepris une marche sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Du Puy-en-Velay à Conques, de la neige de mai à la chaleur du soleil, des montées aux descentes, de l’attente au résultat. Tellement de belles rencontres, tellement d’émotions, tellement de bruit contre l’hépatite C.

Juste avant de partir, ils ont fait un check-up à l’hôpital Geneviève-De-Gaulle-Anthonioz de Saint-Dizier, où ils ont reçu les conseils de la diététicienne et de l’équipe d’éducation thérapeutique. Partenaires de la marche, le directeur de l’hôpital et le président du Lions club de Saint-Dizier étaient présents pour saluer leur départ.

Le 3 mai, Michel Chapuis, le maire du Puy-en-Velay est venu les soutenir pour le départ en leur souhaitant bonne chance.

À chaque étape de leur parcours à travers trois départements ruraux (la Haute-Loire, la Lozère et l’Aveyron), ils sensibilisaient les habitants à l’enjeu de santé publique que représente le dépistage du virus de l’hépatite C et proposaient à ceux qui le souhaitaient des tests rapides d’orientation diagnostique pour savoir s’ils étaient porteurs du virus – ou vérifier qu’ils ne l’étaient pas.

Ils ont plein d’histoires à partager : la nuit dans la yourte, les spécialités régionales, les paysages époustouflants, les petites aventures quotidiennes. Mais le plus important est que le but le plus important de cette aventure est atteint : sur ce chemin traditionnellement voué au silence et au recueillement, les marcheurs faisaient du bruit ! Ils ont informé des gens sur les hépatites virales, qui eux-mêmes en informeront d’autres, ils ont dépisté quelques dizaines de personnes, ils ont montré qu’il était possible de guérir de l’hépatite C et d’avoir une vie de qualité, ils ont rencontré des journalistes et diffuser leur message…
Dans un petit coin de France, l’hépatite C est sortie du silence et, pour nous, c’est le plus important.

Le virus de l’hépatite C peut provoquer une hépatite chronique, susceptible d’évoluer silencieusement vers une cirrhose ou un cancer du foie. Aujourd’hui, il existe pourtant des traitements très efficaces qui permettent de guérir en quelques semaines. C’est pour cela qu’il est essentiel de dépister tous les malades qui s’ignorent. En France, leur nombre est évalué à 75 000 personnes environ.
Cette “marche de Compostelle” de SOS hépatites s’inscrit dans une campagne collective plus vaste, engagée depuis 2018 pour “faire du bruit contre l’hépatite C”, et permettre à la France d’atteindre l’objectif qu’elle s’est fixé d’éliminer la maladie d’ici à 2025.

“Les causes de contamination sont tellement nombreuses – soins médicaux, chirurgicaux ou dentaires, transfusions, tatouages, toxicomanie – que tout le monde peut être concerné par l’hépatite C. Chaque adulte devrait, au moins une fois au cours de sa vie, vérifier qu’il n’est pas porteur du virus, explique Antoine Chevallier, un marcheur de l’association, lui-même ancien malade, aujourd’hui guéri. C’est pourquoi nous avons décidé de faire cette marche, qui symbolise notre volonté de prendre notre bâton de pèlerin pour aller à la rencontre de chaque Français, et pas seulement dans les grandes villes.”

À la fin de la marche, l’équipe a rejoint les militants de SOS hépatites Occitanie et les acteurs de l’ambitieux projet “Montpellier sans hépatite C”, en clôture de la semaine montpelliéraine contre l’hépatite C, pour participer aux actions de sensibilisation à Montpellier.

📣ON PARLE DE NOUS📣
Six bénévoles de l’association SOS hépatite Champagne-Ardennes se sont élancés sur le St-Jacques ! par Manuel Cladière – L’éveil de la Haute-Loire, publié dimanche le 5 mai 2019.
Une marche sur le chemin de Compostelle pour sensibiliser à l’hépatite C par Hélène NoizetRadio TOTEM, publié le 13 Mai 2019.

Partager l'article

23266